logo asca

TYFA : un scénario pour une Europe agroécologique en 2050

Le projet TYFA s’inscrit dans l’agenda politique de transition de l’agriculture européenne vers une durabilité forte. TYFA signifie « Ten Years For Agroecology » : nous avons dix ans non pas pour atteindre une Europe agricole intégralement agroécologique, mais pour amorcer une transition qui rende cet horizon crédible.

Le projet TYFA consiste en une démarche prospective mobilisant une forte expertise scientifique. Il a été développé avec l’IDDRI depuis 2014 avec le soutien de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme.

Dans une première phase, achevée en 2018, il s’est agi de concevoir une image du système alimentaire européen en 2050 dont les principes sont conformes avec une déclinaison d’une agroécologie forte : absence d’intrants de synthèse (pesticides et engrais de synthèse), place centrale donnée aux infrastructures écologiques (haies, arbres, mares, zones humides,…), complémentarité entre cultures et élevage. Les hypothèses ont été conçues de manière à souscrire à des demandes sociétales qui s’expriment de plus en plus nettement en matière d’alimentation, d’agriculture et d’environnement. Le principe est d’envisager un jeu d’hypothèses cohérent, qui aborde les enjeux de l’agriculture et de l’alimentation européenne de manière systémique et dans une optique multifonctionnelle. L’élevage extensif, les prairies permanentes, les légumineuses, les systèmes de cultures diversifiés, le développement de la production maraîchère et fruitière, la couverture des sols, les haies sont les caractéristiques tangibles de l’image agricole proposée.

Les hypothèses de TYFA se distinguent d’une approche qui promeut une forme d’agriculture industrielle dont le principe fondamental est une recherche d’efficacité dans l’usage des intrants. Cette approche d’intensification « durable » (Sustainable Intensification) conduit à des performances élevées en matière de gaz à effet de serre, mais en étant monofonctionnelle, néglige des aspects fondamentaux comme la biodiversité, les paysages, la présence de pesticides dans les milieux et l’alimentation. En outre, consistant en une adaptation du mode de production actuel, la Sustainable Intensification continue de proposer comme modèle une agriculture européenne très productive dont le niveau d’offre est aujourd’hui trop élevé et déséquilibré, à l’origine d’occurrence élevée d’obésité, de maladies cardiovasculaires, sans parler des suspicions élevées en matière de risques de cancers associés tant à la quantité de ce nous mangeons qu’à sa qualité (déficit d’Ω3, présence de pesticides,…).

Outre cette approche délibérément multifonctionnelle, une originalité de TYFA est de proposer une analyse des tenants et aboutissants du développement de l’agroécologie à l’échelle européenne (UE 28). Ce niveau est en effet doublement pertinent : (i) c’est celui auquel les systèmes alimentaires sont organisés ; (ii) et il correspond à celui auquel des décisions politiques devront être prises en matière de politique commerciale, de protection de l’environnement et du consommateur et de politique agricole commune.

Un second point clé de TYFA est de proposer une quantification des conséquences du développement d’une agriculture agroécologique en développant un modèle dédié, intégrant des hypothèses sur les performances agronomiques et productives de différents ateliers de production animaux et végétaux (les rendements sont plus faibles qu’actuellement), d’usage des sols, d’alimentation humaine et animale, d’import/export (on soulignera un arrêt de la déforestation importée associée au soja dans la mesure où les protéines sont d’origine européenne), de transfert de fertilité azotée et d’alimentation. La modélisation indique que la baisse de rendement induite par les hypothèses agronomiques ne remet pas en cause la capacité de l’Europe à nourrir sa population en 2050 ni même à conserver un volant d’exportation pour les céréales et les productions à forte valeur ajoutée (vins, fromages). La condition d’une telle condition est que l’alimentation évolue vers une division par deux de la consommation des produits d’origine animale, qui seront pour le coup de meilleure qualité et davantage conformes aux enjeux de bien-être animal.

Capture d’écran 2018-11-14 à 16.16.28

Si la modélisation agronomique constitue une étape importante pour contribuer au débat sur l’agriculture que les Européens désirent, les travaux sur TYFA sont amenés à se poursuivre en abordant les dimensions économiques, sociales et politiques du scénario et de sa phase de transition. Cette phase devrait prendre lieu sur la période 2019-2021, en lien avec l’IDDRI et un partenariat impliquant des chercheurs de l’INRA, d’AgroParisTech, du Basic et du Collaborating Centre on Sustainable Consumption and Production (CSCP). Le plan de financement est en cours de montage (Novembre 2018).

TYFA fait l’objet d’un fort intérêt, comme en témoignent les demandes de présentations et de discussions auprès de la communauté scientifique (plusieurs présentations à l’INRA, auprès du WBCSD), politique (DG Agri, Assemblée Nationale,…) et de la société civile (ONG environnementales et paysannes).

Xavier Poux, AScA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la Une

En bref

  • Comment développer un projet ambitieux de restauration d’un cours d’eau ?

    L’Onema a récemment publié, dans sa collection Comprendre pour agir, un ouvrage intitulé Comment développer un projet ambitieux de restauration d’un cours d’eau ? Conçu dans le cadre d’une étude de retours d’expériences en Europe du point de vue des sciences humaines et sociales et rédigé par Christophe Bouni, Chef de Projets chez AScA, il propose des repères et des enseignements stratégiques pour intéresser et persuader les porteurs de projets de restaurer leurs cours d’eau. Disponible sur demande à l’Onema, il est également téléchargeable sur le site de l’Onema : http://www.onema.fr rubrique : publications ou à l’adresse suivante http://www.documentation.eaufrance.fr/ .

  • Regards des sciences sociales sur la mise en œuvre des politiques de l’eau

    L’Onema a récemment publié, dans sa collection Comprendre pour agir, un ouvrage intitulé Regards des sciences sociales sur la mise en œuvre des politiques de l’eau. Conçu dans le cadre du groupe d’experts en sciences humaines et sociales auprès de l’Onema et rédigé par Jean-Baptiste Narcy, Chef de Projets chez AScA, il propose une mise en perspective d’une grande diversité de courants de pensée afin de mieux comprendre et assumer la portée politique et stratégique des politiques de l’eau. Disponible sur demande à l’Onema, il est également téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.onema.fr/sciences-sociales-et-mise-en-oeuvre-de-la-politique-de-l-eau

  • Laurent Mermet

    Le site de Laurent Mermet, fondateur d’AScA, permettant d’accéder à de nombreux travaux de recherche et d’enseignement réalisés sous sa direction, est à l’adresse suivante : http//laurent-mermet.fr/ . Vous trouverez notamment des travaux conduits en collaboration avec certains membres de notre équipe.

  • High Nature Value Farming in Europe

    Un ouvrage de référence vient de paraître sur l’agriculture à Haute Valeur Naturelle en Europe, auquel ont contribué Xavier Poux et Blandine Ramain.
    Plus d’informations sur le site suivant :
    http://www.efncp.org/publications/books
    Une présentation en français est également accessible sur le site de PAC 2013 :
    cliquer ici

     

  • Scénario Afterres2050

    Le site pour télécharger la synthèse du scénario d’occupation des sols agricoles en France à 2050 dans le scénario Afterres 2050, réalisé par Solagro est le suivant  http://www.solagro.org/site/290.html

AScA est une EURL au capital de 7622 €. Elle est détenue par la société STRATES regroupant les salariés d'AScA à égalité de représentation. STRATES " STRATégie Environnement Société " est une SARL au capital de 11434 €.

Ce site a été réalisé par www.mrcam.fr